retour

La lampe de la microcentrale de COOCENKI est allumée




 

Il est 14 heures et nous sommes dimanche 23 octobre 2011. Nous, Léopold et Théo, reçoivent simultanément un sms, puis des appels téléphoniques de Daniel, le directeur de COOCENKI. Il faut rapidement le rejoindre dans un village nommé Kyambogho, situé à 11Km de la ville de Butembo. Même si c'est un dimanche nous prenons vite la route des « chinois » qui mène à la maïserie de la COOCENKI.

Tout à coup, nous apercevons une lueur semblable au crépuscule et pourtant il ne fait que 14 heures! Plus nous nous rapprochons, mieux nous comprenons la situation : c'est la lampe qui est finalement allumée! Finalement la micro-hydrocentrale dans la vallée est achevée, les câbles électriques de la vallée jusqu'à la maïserie sont installés, et la maïserie peut maintenant se servir de l'énergie hydroélectrique pour moudre le maïs.

Ensemble avec le directeur et le président de COOCENKI, nous avons passé un moment plein d'émotions, de voir que le rêve est devenu une réalité. L'atteinte de cette réalité est un nouveau début pour fournir plus de farine de maïs aux congolais à un coût plus abordable et moins polluant. Cette étape témoigne encore une fois le succès de la conjugaison des efforts des uns et des autres pour donner plus de revenu aux paysans et paysannes.

Pour conclure, Daniel de COOCENKI a dit : « Avec le groupe électrogène, il fallait bruler 4 litre de gaz oïl pour moudre 100kg de maïs. Nous allons utiliser cette fois-ci l'énergie hydroélectrique et tout de suite COOCENKI et ses membres vont gagner : les coûts de mouture seront rabaissés en raison de 8 $ /sac de 100Kgs à 1 $/100Kg de maïs». Les paysans sont gagnants.

Soumis par Théo et Léopold le 9 novembre 2011